Mercredi 14 mars, 20h15. Précédé d’un verre d’accueil à 19 h

Dernières Nouvelles du cosmos (documentaire – 2016 – 100’)
de Julie Bertuccelli monté par Josiane Zardoya

À bientôt 30 ans, Hélène a toujours l’air d’une adolescente. Elle est l’auteure de textes puissants à l’humour corrosif. Elle fait partie, comme elle le dit elle-même, d’un « lot mal calibré, ne rentrant nulle part ». Visionnaire, sa poésie télépathe nous parle de son monde et du nôtre. Pourtant Hélène ne peut pas parler ni tenir un stylo. Elle n’a jamais appris à lire et à écrire. C’est à ses 20 ans que sa mère découvre qu’elle peut communiquer en agençant des lettres planifiées sur une feuille de papier. Un des nombreux mystères de celle qui se nomme Babouillec.


Jeudi 15 mars, 20 h

Soirée courts métrages

Cinq courts métrages pour approcher celui qui sillonne la nuit, celui qui est éphémère, celui qui soutient sa famille, celui qui filme son quotidien pour grandir ou celui qui veut décrocher la lune. Venez vivre ces expériences avec : 1992 d’Anthony Doncque, monté par Cyril Leuthy (25′) ; l’Empereur et moi d’Edwige Poret, monté par Jean-Pierre Bloc (26′); le Petit de Lorenzo Bianchi, monté par Ariane Prunet (25′) ; Noir Plaisir réalisé et monté par Ismaël Joffroy Chandoutis (3′) et Voir le jour de François Le Gouic, monté par Juliette Haubois (30′).

 


Vendredi 16 mars, 20 h

Soy Nero (fiction – 2016 – 117’)
de Rafi Pitts monté par Danielle Anezin
avec Johnny Ortiz, Rory Cochrane, Aml Ameen, Darrell Britt-Gibson

Nero, né à Los Angeles, se retrouve déporté au Mexique après le 11 septembre. Une seule idée pour lui, regagner les États-Unis et retrouver son frère. Après avoir franchi clandestinement la frontière à minuit, un 1er janvier, il va se retrouver sur le sol américain où il fera d’étranges rencontres. Son frère Jésus ne pouvant rien pour lui, sa seule solution pour récupérer une carte d’identité américaine est de s’engager dans l’armée. Il va se retrouver dans une zone de combat, un « no man’s land » comme le dit Rafi Pitts.


Samedi 17 mars, 14 h

Trêve (documentaire – 2016 – 64’)
de Myriam El Hajj monté par Anita Perez

Riad, un chrétien libanais, partage ses journées entre sa boutique d’armes et un terrain de tir. Sa nièce Myriam le filme pour comprendre de quelle manière il a participé à la guerre qui a ravagé Beyrouth des années durant. En compagnie de ses amis, les souvenirs de Riad refont surface, sans doutes et sans regrets. Myriam a aussi des révélations à faire.

 


Samedi 17 mars, 16 h 30

Don Pauvros de la Manche (documentaire – 2015- 66’)
de Guy Girard monté par Lise Beaulieu

De Paris à Tokyo, de New-York à Beyrouth en passant par Valparaiso et Port-au-Prince, cela fait presque 40 ans que Jean-François Pauvros trimbale sa silhouette dégingandée de guitariste free, sorte de Joey Ramone de l’avant-garde. Don Pauvros de la Manche raconte la gestation d’un disque imaginaire. Le guitariste partage son temps entre Paris et le bord de la côte d’Opale, près de Boulogne-sur-Mer, dans son fief, où il multiplie les expériences à l’humour décalé. À Paris, il joue en studio avec des musiciens, poètes ou plasticiens : Tony Hymas, Xavier Boussiron & Marie-Pierre Bréhant, Charles Pennequin, Keiji Haino, Arto Lindsay et Vincent Fortemps.


Samedi 17 mars, 20 h

Ni le ciel ni la terre (fiction – 2015 – 100’)
de Clément Cogitore monté par Isabelle Manquillet
avec Jérémie Rénier, Kévin Azaïs, Swann Arlaud

Afghanistan 2014. À l’approche du retrait des troupes, le capitaine Antarès Bonassieu et sa section sont affectés à une mission de contrôle et de surveillance dans une vallée reculée du Wakhan, frontalière du Pakistan. Malgré la détermination d’Antarès et de ses hommes, le contrôle de ce secteur supposé calme va progressivement leur échapper. Une nuit, des soldats se mettent à disparaître mystérieusement dans la vallée.


Dimanche 18 mars, 11 h

Les Messagers (documentaire – 2015 – 70’)
de Hélène Crouzillat et Laetitia Tura monté par Marie Tavernier et Agnès Mouchel

Des hommes et des femmes racontent le naufrage, les sévices des forces marocaines et espagnoles, la mort de leurs compagnons lors des passages frontaliers entre le Maroc et l’Europe. « Ils sont où tous les gens partis et jamais arrivés ? » Par un geste, une parole, un visage, un paysage qui se fixe, les Messagers tente de donner une visibilité à la disparition et interroge la part fantôme de l’Europe.


Dimanche 18 mars, 14 h

Everyone Else (fiction – 2009 – 117´)
de Maren Ade monté par Heike Parplies
avec Birgit Minichmayr, Lars Eidinger

Gitti et Chris ont 30 ans et filent le parfait amour dans leur maison de vacances en Sardaigne. Evidemment Chris perd un peu ses cheveux, évidemment Gitti se demande si le temps n’est pas venu de… quoi d’ailleurs ? Lorsqu’ils tombent par hasard sur Hans et Sana, plus brillants, plus sûrs d’eux-mêmes, en un mot plus heureux, ce fragile équilibre vole en éclat. Jusqu’où est-on capable de se renier pour sauver son couple ?

 


Dimanche 18 mars, 18 h

De toutes mes forces (fiction – 2017- 98’)
de Chad Chenouga monté par Pauline Casalis
avec Yolande Moreau, Khaled Alouach, Jisca Kalvanda

Après le décès brutal de sa mère, Nassim, 17 ans, se trouve placé en foyer. Il ne dit rien à ses amis du lycée parisien qu’il fréquente, refusant cette nouvelle vie. Malgré la bienveillance de la directrice du foyer, Nassim ne  veut pas se mêler à la vie du centre. Nassim jongle entre ses deux vies, se murant dans le silence, jusqu’au jour où la vérité est découverte.